Le CNIL rappelle que des outils de type « Keylogger» ne doivent pas être utilisés dans un contexte professionnel.

 

Qu’est-ce qu’un dispositif de cybersurveillance ?

Les « Keyloggers » sont des dispositifs de surveillance téléchargeable via internet. Ces logiciels se lancent automatiquement à l’ouverture de la session de l’utilisateur, et cela à son insu. Ce programme enregistre toutes les activités de la personne sans qu’elle ne s’en aperçoive.

A noter : l’installation de ce genre de logiciel ne saurait se justifier en l’absence d’un fort impératif de sécurité, accompagné d’une information spécifique des personnes concernées.

 

Des logiciels intrusifs

En 2012, de nombreux salariés ont déposé plainte pour dénoncer l’installation supposée ou avérée de « keyloggers ».  A la suite de ces plaintes, la CNIL a effectué des contrôles auprès de certaines entreprises pour vérifier dans quels contextes ces logiciels sont exploités.

Suite à ces contrôles, la CNIL a estimé que ces dispositifs portaient excessivement atteinte à la vie privée des salariés, et qu’au regard de la loi « informatique et libertés », l’utilisation de ces dispositifs était illicite.

Dorénavant l’utilisation de ce type de logiciel est punie de 5 ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende.

A noter : la vente de ce genre de dispositif est également passible de 5 ans d’emprisonnement et e 300 000 euros d’amende.

 

Pour en savoir plus

CNIL